emploi-allemagne
 

Un dossier de candidature complet.

Le dossier de candidature allemand

Les sociétés allemandes sont habituées à recevoir des dossiers de candidature très complets et soignés. Voici quelques conseils afin de vous conformer à cette attente :

- La forme : Un dossier « papier » devra être imprimé (y compris la lettre de motivation) et comprendre une lettre de motivation, un CV avec photo, daté et signé, une copie des diplômes et des certificats de stages et une copie des lettres de référence des employeurs précédents. Tous ces documents doivent être rassemblés dans une pochette transparente de façon à former un petit dossier. A noter que les entreprises retournent systématiquement les dossiers en cas de rejet de la candidature. Un dossier « électronique » peut comporter plusieurs documents (les employeurs comprennent que les candidats n’ont pas toujours le logiciel permettant de mettre en forme un dossier) mais leur nombre devra être minimisé (lettre + CV + annexes).

- La langue : En règle générale, utiliser la même langue que l’offre d’emploi. Si celle-ci est en allemand mais que n’êtes pas en mesure de rédiger un CV en allemand, écrivez au minimum la lettre de motivation en allemand. Le CV sera en français ou même en anglais : Rechercher quelles sont les langues pratiquées dans l’entreprise (par exemple via leur site web).

- Le contenu : Les entreprises allemandes ont l’habitude d’établir un certificat (« Zeugnis ») lors du départ de leur employé. Ce certificat est bien plus qu’une lettre de référence puisqu’il décrit en détail les postes occupés par l’employé, ses responsabilités, et se termine par une appréciation globale. Ce système permet d’alléger le CV puisque les détails sont couverts par les certificats. Les employeurs français n’ayant pas cette habitude, vous n’aurez probablement pas autant d’informations disponibles et devrez donc détailler votre CV. La lettre de motivation devra être adressée à une personne précise (information fournie dans l’annonce de l’entreprise), datée et signée, et présenter en quelques paragraphes pourquoi vous voulez travailler pour l’entreprise et en quoi votre profil convient au poste décrit. Voir notre article « la lettre de motivation ».

- Le CV : Le CV est la pièce maitresse et devra être particulièrement soigné : un employeur traite souvent un très grand nombre de candidature et parcours chaque CV en quelques minutes, même s’il fait 5 pages ! Le CV doit donc être très structuré et les éléments importants doivent « sauter aux yeux » et apparaitre le plus tôt possible lors de la lecture du CV. En règle générale le CV allemand fait 2-3 pages (Note : éviter les petits caractères – 10 points au strict minimum) et comprend : Des données personnelles (téléphone, email, adresse, date de naissance, nationalité, situation de famille, etc..). Ne pas indiquer la situation de famille est maintenant acceptée, l’absence de date de naissance est de plus en plus fréquente mais n’est pas toujours bien perçu.

- La photo : Une photo jointe devra être de bonne qualité. Voir l’article « la photo de candidature ». L’intégration électronique de la photo dans le document est certes pratique, mais devra être faite avec grand soin pour éviter une mauvaise qualité à l’impression.

- Un résumé de votre profil en quelques lignes : permettant « d’accrocher » le lecteur en mettant en avant vos points forts, compétences, qualités et succès. Vous devrez si possible adapter ce paragraphe au poste. A noter que le contenu doit correspondre à la suite du CV (par exemple éviter d’écrire « solide expérience du marketing » si par la suite on ne trouve que quelques mois de travail dans ce domaine).

- Votre parcours professionnel : par ordre chronologique ou anti-chronologique (cette dernière étant préférée) selon le cas (les expériences professionnelles les plus importantes pour le poste décrit devront apparaitre le plus tôt possible dans le CV).

- Votre éducation et formation : Partir du secondaire, préciser le diplôme obtenu avec l’année et l’établissement. Préciser les notes si elles sont très bonnes et s’il y a lieu les spécialisations, les sujets de mémoire, etc (surtout si en rapport avec le poste ou l’entreprise). Les jeunes ayant peu d’expérience professionnelle ont éventuellement avantage à mentionner leurs stages de formation plutôt dans la rubrique « parcours professionnel » ci-dessus afin de l’étoffer un peu.

- Vos compétences personnelles : langues, informatique, et tout autre centre d’intérêt ou activité prouvant une compétence (associations, bénévolat, activité sportive ou artistique particulièrement valorisante, etc..). Pensez à clairement mentionner les compétences en question (par exemple ne pas dire seulement que vous avez dirigé une association sportive, mais y ajouter « (gestion financière, organisation de 30 évènements par an, élaboration et défense des dossiers de subvention) ». Attention à l’abus ! Vous pourriez être en difficulté lors de l’entretien si vous ne pouvez pas donner d’exemples précis pour illustrer des compétences mises en avant.

Note concernant les « trous » dans votre parcours professionnel :

Les périodes non expliquées sont perçues négativement et sont difficiles à camoufler surtout si elles sont assez longues. Il vaut mieux déclarer 6 mois de recherche d’emploi que de laisser l’employeur le découvrir par recoupement des informations ou pendant un entretien. Vous pouvez souvent donner une tournure positive à ces périodes, surtout si elles dénotent des qualités telles que initiative, esprit d’entreprise, persévérance et volonté. Ecrire par exemple : « réorientation professionnelle » plutôt que « recherche d’emploi ». Y ajouter les stages ou formations - y compris autodidactes - « job xxx entre deux cycles d’étude » ou « activité bénévole xxx » si vous avez un trou pendant vos études. « voyage de perfectionnement linguistique » si vous avez pris 6 mois de vacances. « soutien familial » si vous avez aidé un parent agé pendant une période de chômage

Note concernant les emplois de courte durée dans une entreprise :

Il importe d’expliquer en quelques mots la raison de votre départ afin d’éviter un doute. Par exemple « CDD « , « départ suite à restructuration », « emploi pour la durée du projet », etc..

Note concernant le fil conducteur du CV :

Un changement fréquent d’entreprise, mais aussi de secteur d’activité ou de type de poste donne généralement une mauvaise impression (« le candidat ne sait pas ce qu’il veut faire »). Il importe de maintenir - si possible - un fil conducteur dans votre parcours professionnel en mentionnant l’évolution logique entre les postes occupés (si ce n’est pas évident). Attention : cette logique doit s’appliquer aussi au poste pour lequel vous êtes candidat ! La lettre de motivation est souvent le meilleur endroit pour expliquer votre « logique de carrière ».

Actualisation de votre CV :

Pensez à remettre à jour votre CV au fur et à mesure de votre évolution professionnelle, éliminant les détails devenus mineur avec le temps ou au contraire mettant l’accent sur des nouvelles compétences.